L'art rupestre du Bohuslän

Site de Backa (Brastad)

Ce site, situé quelques km au nord de Lysekil, est en dehors du périmètre de la commune de Tanum (classée patrimoine mondial par l'Unesco). Venant de Göteborg et nous dirigeant vers le nord, c'est le premier site que nous avons visité.

Le texte de couleur est une traduction des panneaux explicatifs aménagés sur le site.

[ Rocher sud / Rocher nord ]


Rocher sud
 

Les gravures rupestres du Bohuslän ont été réalisées il y a 3000 ans, pendant l'âge de bronze (1800-500 av JC). Les gravures les plus intéressantes de la région se trouvent le long de la route du vieux village de Backa. Il y a 16 rochers à faible distance les uns des autres, contenant d'intéressantes images. Seulement les gravures des deux plus grands rochers ont été remplies de peinture.

Mais que signifient les images ? On peut voir des bateaux, des gens, des charrettes et des figures circulaires mais jamais de maison, de scènes de travail, d'enfants ou d'autres choses faisant partie de la vie quotidienne ; et très rarement des femmes ! Il est donc évident que ces images ne représentent pas la réalité, mais plutôt une invocation ou une prière aux dieux.


Il y a plusieurs cerfs portant de grands bois décrits parmi les nombreuses images d'animaux.
Les cervidés étaient le symbole de fertilité et de renaissance. A l'automne, ils perdent leurs bois pour en obtenir d'autres encore plus grands au printemps suivant - un symbole du cycle éternel de vie, naissance, fertilité et mort. Cernunnos, le dieu Celte de la fertilité, apparaît couronné de bois de cerf.

Les porteurs de bateau apparaissent dans de nombreuses gravures rupestres du Bohuslän. Ces images doivent appartenir à une histoire qui était incluse dans de nombreuses philosophies religieuses avec lesquelles chacun était familier. Les bateaux sont les gravures rupestres les plus communes, spécialement dans le Bohuslän, et peuvent être le symbole du voyage au royaume des morts. Une telle interprétation est corroborée, par exemple, par les tombes en forme de bateau de l'âge de Bronze et l'âge de Fer.


Les gravures dominantes de ce rocher sont les charrettes et les véhicules, certains tirés par des chevaux ou des bœufs.
Une charrette est couplée avec un cercle de 6 rayons qui a été interprété comme le symbole du soleil.
Il y a un nombre inhabituel de disques et de cercles ici à Backa, quelquefois complétés par des pieds ou des supports. Le mythe du soleil transporté par des chevaux à travers le ciel était largement répandu dans l'ancien temps. Les chars étaient utilisés pour les funérailles en de nombreux endroits du continent. Ces chars et les roues pourraient aussi être le symbole de la mort. Certaines tribus germaniques font voyager la déesse mère Nerthus dans un chariot. Sur les rochers, on voit souvent autour des chariots, des gens qui lèvent leurs armes en geste d'adoration.
   
Représentation d'un char tiré par deux animaux. Il faut imaginer le char vu d'en haut et comme "écrasé".

Comme sur d'autres sites scandinaves, les gravures sur les roches sont repeintes périodiquement. Cette opération a deux effets : bien sûr valoriser les gravures pour les visiteurs mais aussi empêcher les actes de vandalismes. En effet, quand les gravures sont peu visibles, certains touristes emploient des moyens qui dégradent les gravures. Les peindre les protège donc, dans la mesure où cette opération est effectuée par des spécialistes des musées. Nous les avons vus à l'œuvre : ils sont très méticuleux. Bien entendu, la peinture utilisée est biodégradable.
Cette pratique scandinave a été critiquée par certains spécialistes étrangers car théoriquement il faudrait laisser les œuvres intactes pour permettre des analyses futures (surfaces, patines). Il faut savoir que le pourcentage de gravures ainsi repeintes est en réalité très faible, face au nombre considérable de gravures réalisées dans les pays scandinaves (spécialement en Suède). Par conséquent, des analyses sont toujours possibles sur les autres gravures.




Rocher nord

Le nord du Bohuslan est l'une des régions les plus riches en gravures rupestres. Elles sont en général datées de l'âge de Bronze (1800-500 avant JC). Les gravures rupestres les plus notables sont situées le long de la route du vieux village de Backa. Seize rochers exhibent une large collection d'images réparties sur une distance réalisable à pied. Seulement les deux plus grands rochers ont été aménagés (l'intérieur des gravures est peint).

La gravure la plus célèbre ici est le Cordonnier (Shoemaker) : une figure d'un homme immense tenant un outil semblable à un marteau. Un diplomate américain qui a voyagé en Suède dans les années 1880 avait décrit sa rencontre avec le cordonnier de la manière suivante : " … et regardez, apparaissent gravées dans la pierre, des formes et des cercles et des créatures à quatre pattes et des oiseaux, un véhicule à deux roues et des humains, l'un deux, un grand homme de ciq pieds de haut avec une épée sur le côté et des mollets prononcés, les bras levés et tenant une hache dans sa main droite. "

Les coutumes funéraires ont changé en Scandinavie vers 1200 avant JC quand la crémation a commencé à être pratiquée. A peu près à la même époque des figures humaines ont commencé à apparaître dans les gravures rupestres. Cela indique un changement dans les croyances religieuses parmi lesquelles un accroissement de l'importance des dieux qui étaient alors décrits dans des proportions extravagantes ; par-dessus d'anciennes gravures. Est-ce la représentation primitive d'un dieu que nous voyons là ? Dans ce cas, le Cordonnier pourrait représenter le dieu Thor et son marteau ? La masculinité emphatique de l'homme suggère une fonction de prière de fertilité.



Les gravures d'oiseaux représentent des grues. Les oiseaux avaient une importante signification dans la plupart des religions préhistoriques et les mythes. Ils étaient les messagers, éclaireurs et moyen de transport des dieux.



Il y a trois araires -précurseurs de la charrue- gravés sur ce rocher. Occasionnellement des animaux sont dessinés à l'avant et le laboureur marche derrière. C'est en fait la seule description de gravure rupestre qui montre une forme habituelle de travail ; l'art rupestre ne décrit jamais la vie quotidienne. Le labour est manifestement connecté avec la germination et la nourriture. La gravure est peut-être une forme de prière pour une récolte abondante.

HAUT DE PAGE
& AUTEURS : Chantal Date de mise à jour : 3 septembre 2003 RETOUR ACCUEIL Page précédente  Retour sommaire  Page suivante